fbpx

Dernières nouvelles

filter

Vélo de montagne : comment déterminer la bonne position d’une cale de chaussure

Lorsqu’il s’agit d’un ajustement de soulier professionnel, il faut tenir compte de beaucoup plus de facteurs qu’on pourrait penser. Bien qu’il soit toujours préférable de faire positionner votre vélo par un professionnel (chez un détaillant LTP Sports local bien entendu), comprendre les bases du positionnement vous permettra d’effectuer vous-même de petites modifications à la configuration initiale de votre monture. Le guide suivant vous expliquera les bases de l’ajustement des cales et vous montrera comment les changements de leur position affecteront vos sorties de vélo de montagne.

Qu’est-ce qui différencie chaque position de cale sur un soulier de vélo de montagne?

Il y a beaucoup de renseignements disponibles sur le positionnement d’une cale de vélo de route. La plupart, sinon la totalité, des équipes professionnelles ont à leur service un ajusteur professionnel qui s’occupe de tels ajustements. L’ajustement des cales de vélo de montagne s’appuie sur plusieurs principes clés qui sont disponibles sur des sites tels que stevehoggbikefitting et bikeradar. Cependant, il y a quelques différences importantes qu’on peut diviser en trois catégories : la fréquence et la vitesse de désengagement, la puissance et le couple généré par le cycliste et la position de conduite du cycliste sur le vélo.

La fréquence et la vitesse de désengagement :

Contrairement aux adeptes de vélo de route qui désengagent seulement quelques fois durant une sortie (et souvent d’une manière pré-planifiée et contrôlée), les amateurs de vélo de montagne doivent souvent désengager de manière instantanée lorsque les conditions de piste changent et que le vélo se met à déraper. Ils doivent donc être capables de désengager et réengager plus vite que les usagers de vélos de route. Lorsqu’on installe des cales sur des chaussures de vélo de montagne, il est très important de se souvenir que l’engagement-désengagement doit s’effectuer facilement et rapidement.

La puissance et le couple :

En raison de la nature technique de la plupart des montées (et des descentes) de vélo de montagne, lorsque le couple est appliqué aux pédales, c’est généralement pour de courtes périodes à puissance très élevée. Pour accélérer lorsqu’on franchit une motte de racines sur un sentier qui monte, on doit appliquer autant de couple que s’il s’agissait de partir en sprint vers la ligne d’arrivée dans une course sur route. La différence, c’est que le cycliste n’effectue que de brusques sursauts (probablement plusieurs fois dans une même sortie). Ainsi, la capacité à supporter rapidement un couple élevé peut affecter la facilité d’une montée technique ou la faisabilité d’une montée extrêmement technique.

La position de conduite :

En vélo de montagne, on passe beaucoup plus de temps en danseuse que sur un vélo de route. La force appliquée sur les pieds est donc plus importante (surtout pour les coureurs agressifs qui décollent ou atterrissent abruptement).

L’installation des cales :

L’ajustement d’une cale suit trois axes :  l’axe longitudinal, l’axe latéral et l’axe de torsion. L’axe longitudinal déplace la cale soit vers les orteils soit vers le talon (là où la cale est située le long des sillons de fixation selon la conception des chaussures). L’axe latéral est intégré dans la cale. Ici, on fait référence à la distance d’un côté à l’autre (à l’intérieur ou à l’extérieur du pied) où la cale sera fixée. L’axe de torsion, c’est l’angle auquel la cale est vissée par rapport à la surface des sillons de fixation. Le réglage de cet axe affecte le dégagement de la cale et la rapidité avec laquelle elle peut se désengager de la pédale.

-pic-

L’axe longitudinal est déterminé en fonction de la préférence du cycliste. Tout comme l’ajustement d’une cale de route, c’est une bonne idée de placer la cale juste derrière le troisième métatarsien de chaque pied (l’articulation à l’intérieur de votre pied où votre orteil du milieu commence). Ainsi, la cale est située sous le gras de l’orteil.

En déplaçant la cale vers l’avant, vous augmentez l’effet de levier de votre pied et votre cheville. Le pied est un levier intrinsèquement inefficace, le mollet doit donc faire un effort considérable pour stabiliser le pied dans cette position. Les avantages sont que vous profitez d’un couple maximal lorsque les cales sont placées plus à l’avant. De plus, vous risquez d’avoir de beaux mollets, car ces derniers doivent travailler très fort pour stabiliser les pieds.

La plupart des cyclistes de montagne reculent les cales sur la chaussure. Certains préfèrent même qu’elles soient fixées aussi loin que possible vers l’arrière de la chaussure. La partie inférieure de la jambe devient alors une bielle, pas un stabilisateur. Les avantages de cette position sont une stabilité accrue, moins de dépense énergétique pour stabiliser le pied (ce qui réduit la fatigue lors des longs trajets, en plus d’accélérer le rétablissement), un couple plus élevé grâce à une meilleure amplitude du coup de pédale et une flexion plus faible de la cheville lors des atterrissages brutaux. Une position de cale plus reculée signifie généralement que l’on doit abaisser la hauteur de sa selle, ce qui peut conduire à l’augmentation du chevauchement des orteils lorsque le cadre est très petit, que l’angle de tube de direction est plus incliné et que les roues sont plus larges.

L’ajustement latéral est fondé sur votre physiologie. Cet angle devrait être déterminé par un professionnel du positionnement de vélo. Le nœud du problème est le suivant : lorsque vous êtes assis et que vous pédalez, votre bassin, vos genoux et vos pieds doivent être alignés. Si la cale est vissée trop à l’extérieur de la chaussure, la position de cette dernière risque d’être trop rapprochée du cadre et le genou peut être tourné vers l’extérieur par rapport à l’axe corporel. Vissez-la trop vers l’intérieur et c’est l’effet contraire qui se produit (le genou est tourné vers l’intérieur). Les douleurs aux genoux et la position des cales sont intimement liées, donc si vous ressentez une douleur au genou lorsque vous roulez, demandez des conseils à un professionnel!

L’axe de torsion joue sur le point d’engagement des cales. Toutes les cales de montagne sont dotées d’un certain angle de dégagement (cet angle correspond au degré de torsion qu’on peut appliquer à la cale avant qu’elle se désengage de la pédale). Si vos cales ont un angle de dégagement de 6° (comme les cales Crank Brothers par exemple), une configuration de base permettrait à votre pied de bouger de 3° dans les deux sens sans s’engager dans la pédale. Il s’agit donc de déterminer votre configuration de départ en vous tenant debout sur le vélo (dans vos chaussures) sans que les cales soient installées (si possible). Observez l’angle dans lequel vos pieds se placent naturellement sur les pédales, puis installez les cales de telle sorte que vous puissiez vous tenir debout dans ce même angle tout en étant engagé dans les pédales. En faisant pivoter le devant de la cale vers le gros orteil, vous désengagerez la chaussure plus tôt que la normale. Faites tourner l’avant de la cale vers le petit orteil et vous verrez qu’il faut plus de mouvement avant que les cales ne se désengagent.

Alors voilà : l’installation des cales en quelques mots. Voici quelques points avant de terminer : c’est une bonne idée de bien nettoyer vos cales pour éliminer toute trace de saleté et de crasse. De plus, assurez-vous d’enduire les boulons des cales d’adhésif bloqueur de filetage bleu Loctite. Votre détaillant Live to Play Sports local vous aidera à choisir une paire de pédales Crank Brothers et vous conseillera sur la façon d’installer les cales afin que vos sorties soient confortables et sécuritaires!