fbpx

Dernières nouvelles

filter

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le liquide de frien

De temps en temps, vous entendrez une cycliste chevronnée parler des « belles années » du vélo de montagne où les roues étaient petites et les freins, actionnés par des câbles. « C’est sûr qu’ils ne freinaient pas très bien, dira-t-elle le regard au loin, mais ça faisait partie du défi! » Les vieux vélos connaissent un regain de popularité auprès des hipsters, mais ça n’a pas empêché toute l’industrie de passer à des freins hydrauliques. Et le sport lui-même est devenu ce qu’il est aujourd’hui : un sport où la plupart des coureurs sont capables d’arrêter leur machine avant de s’écraser sur des obstacles au bord des sentiers.


Si vous êtes le fier propriétaire d’un vélo équipé de freins hydrauliques à disque, félicitations. Si vous vous êtes déjà demandé ce qui se passe à l’intérieur d’un frein du genre, cet article est pour vous!

Commençons par le commencement : comment fonctionnent les freins hydrauliques à disque. En gros, lorsqu’on actionne le levier d’un frein hydraulique, la lame de levier vient appuyer sur un piston situé à l’intérieur du corps de levier, ce qui force le liquide hydraulique à passer dans toute la conduite de frein jusqu’à l’étrier. Deux autres pistons dotés de plaquettes viennent ensuite serrer les deux côtés d’un disque.

 

Les freins hydrauliques à disque sont généralement plus puissants que les freins mécaniques à disque (qui sont actionnés par des câbles), parce que le liquide hydraulique ne se comprime pas sous charge (transférant toute votre puissance de serrage directement vers les patins de frein) et il actionne deux pistons plutôt qu’un. Qui dit gain de puissance dit aussi gain de contrôle et plus on maîtrise sa machine, plus on a du plaisir sur son vélo.

Comme pour tout progrès, on doit sacrifier certains éléments lorsqu’on passe aux freins hydrauliques à disque (la peur constante de s’écraser sur des objets immobiles en est un). Les freins hydrauliques à disque demandent plus d’entretien que les freins mécaniques à cause de l’air qui se comprime et qui s’infiltre dans le liquide de frein (qui ne se comprime pas). Les freins hydrauliques sont également plus difficiles à installer sur les cadres dont le passage des câbles est interne, à cause du fait qu’on doit les purger (le système de freinage, pas de l’installateur) lorsque la conduite est bloquée. Si vous avez peur de faire vous-même l’entretien de votre vélo et que votre détaillant LTP Sports est plutôt loin de chez vous, un frein comme le Hy/Rd de TRP vous conviendra mieux, car sa conception semi-mécanique nécessite moins d’entretien.

Le frein semi-mécanique à disque HY/RD de TRP combine les technologies hydrauliques à celles des câbles pour faciliter son installation et réduire la fréquence d’entretien.

 

Par conséquent, si vous êtes convaincu que vous avez fait le bon choix en passant à l’hydraulique, voici quelques informations utiles.

 

  • AVEC UNE GRANDE PUISSANCE VIENT UNE GRANDE MODULATION

Comme nous en avons discuté, le liquide hydraulique ne se comprime pas de la même manière que l’air, l’eau, ni les câbles de frein. Cela signifie que lorsque vous actionnez le levier de frein et que les pistons serrent le disque, il n’y a aucune perte de puissance. Cependant, comme nous le savons tous après avoir visionné des vidéos de personnes qui volent par-dessus le guidon de leur vélo, cette puissance phénoménale n’est pas toujours idéale. Heureusement, les freins à disque modernes sont conçus pour permettre à la modulation (c’est -à-dire le contrôle précis de la quantité de puissance exercée) d’empêcher le blocage des freins.

La modulation, ce n’est pas pour tout le monde. Certains cyclistes (dont moi-même) préfèrent les freins plus sensibles qui fournissent beaucoup de puissance de freinage le plus rapidement possible.  Les systèmes de freinage tels que les G-Spec DH et Trail de TRP mettent davantage l’accent sur la sensation marche-arrêt (plus de puissance, moins de modulation) que des freins comme les Code ou les Guide de SRAM.

 

  • TOUS LES LIQUIDES HYDRAULIQUES NE SONT PAS CRÉÉS ÉGAUX

Il existe deux types de liquides hydrauliques pour les freins de vélos à disque : le liquide DOT et l’huile minérale. Le liquide DOT est un liquide hydraulique que l’on utilise habituellement pour les freins, tandis que l’huile minérale est exactement ce que vous pensez : un produit très similaire à ce que vous achetez dans une pharmacie. Les deux liquides sont incompressibles, résistants à la chaleur et sont idéals pour les systèmes de freinage. Cependant, c’est là où se terminent les similitudes et il convient de noter que l’huile minérale N’EST PAS COMPATIBLE avec les systèmes à liquide DOT (vous ne pouvez pas les interchanger dans un même frein). Cela dit, ces informations vous serviront à prendre des décisions mieux éclairées quant au type de freins à acheter et aux liquides hydrauliques dont vous aurez besoin pour les purger. Pour mieux saisir ce qui distingue ces deux types de liquide de frein, examinons d’abord certains de leurs aspects.

 

Le liquide pour lequel ils ont été conçus est clairement indiqué sur vos freins.

 

Point d’ébullition : les freins dégagent beaucoup de chaleur, en particulier lors d’une longue descente. Lorsqu’un liquide devient trop chaud, il passe d’un liquide incompressible à un gaz compressible et le rendement des freins diminue. Les points d’ébullition des liquides DOT et des huiles minérales varient considérablement. C’est pourquoi il est préférable de s’en souvenir lors du choix de votre prochain système de freinage. Le point d’ébullition d’un liquide DOT dépend du fait qu’il soit neuf (sec) ou exposé à l’eau (mouillé). Voilà pourquoi on indique souvent deux points d’ébullition (l’huile minérale n’absorbe pas l’eau. Seul le point d’ébullition sec s’applique.) Le point d’ébullition du liquide DOT de Maxima est particulièrement élevé en raison de sa qualité exceptionnelle. Si vous souhaitez améliorer le rendement de vos freins DOT, choisissez le liquide de frein Maxima.

 

Solubilité dans l’eau : à la longue, l’eau pénétrera dans votre système de freinage. L’eau est incompressible, tout comme le liquide de frein, mais son point d’ébullition beaucoup plus bas signifie que le rendement du freinage risque de diminuer dès que les freins chauffent. L’eau pénètre dans le système de freinage par les pores microscopiques des conduites de frein, il traverse les joints et les fentes du corps de l’étrier et du levier. Le liquide DOT absorbe l’eau au fil du temps (jusqu’à 3 % sur une période de 2 ans). Ce phénomène entraîne une sensation spongieuse lors d’un usage intensif. Même si l’huile minérale est hydrophobe (n’absorbe pas l’eau), l’eau réussit quand même à pénétrer dans le système et elle s’accumule près de l’étrier de frein (le point le plus bas de la conduite). Là, elle se réchauffe rapidement et peut augmenter cette sensation spongieuse des freins. Ce qu’il faut retenir, c’est que vous devez purger vos freins une fois par année, quel que soit le type de liquide utilisé.

 

Popularité : le liquide DOT et l’huile minérale sont très faciles à obtenir, mais l’utilisation très répandue du liquide DOT dans le secteur automobile garantit une meilleure disponibilité et des prix plus bas. Bien que l’huile minérale trouvée dans une pharmacie puisse sembler une bonne idée, n’oubliez pas que, contrairement au liquide DOT, l’huile minérale n’est pas réglementée par le gouvernement et que les produits non spécifiés pour le vélo ne donneront probablement pas d’aussi bons résultats. En optant pour une huile minérale de TRP, on peut être certain que c’est une huile abordable de qualité supérieure qui est conçue spécialement pour le vélo.

L’huile minérale est non corrosive, vous n’avez donc pas besoin d’une tonne d’équipement de protection pour l’utiliser (bien que la protection des yeux soit toujours recommandée).

 

Durée de vie : le liquide DOT absorbe l’eau au fil du temps, contrairement à l’huile minérale. Ainsi, une bouteille ouverte de liquide DOT durera environ deux ans avant qu’on la jette, tandis qu’une bouteille d’huile minérale est bonne pendant plusieurs années.

  • LE BESOIN DE PURGER.

Tout système de freinage hydraulique nécessitera une purge une fois par année pour enlever l’air, l’eau et les contaminants emprisonnés dans le système. Lorsqu’on purge des freins, on force l’entrée du nouveau liquide dans le système alors que le vieux liquide contaminé en sort sans qu’il y ait infiltration d’air. Le moyen le plus simple de purger des freins consiste à amener votre vélo chez un détaillant LTP Sports local afin qu’il s’en occupe. Le second moyen le plus simple est d’acheter un kit de purge et de l’essayer vous-même! Continuez de suivre cet espace de près pour une vidéo d’instruction.


 

Deux des meilleurs liquides de frein pour le vélo de montagne : l’huile minérale G Spec DH de TRP et le liquide DOT CODE RSC de SRAM

Alors voilà, vous l’avez : autant d’informations que vous le souhaitez sur les systèmes de freinage hydraulique. Si vous avez d’autres questions, vous pouvez toujours nous envoyer un message sur l’un de nos médias sociaux ou vous rendre chez votre détaillant Live to Play Sports local afin que ses mécaniciens expérimentés puissent mieux vous renseigner.